top of page

La ménopause et le sport ?

La ménopause entraîne des changements hormonaux susceptibles d'influencer la silhouette, notamment en favorisant la prise de poids. La pratique régulière d'une activité physique peut ainsi limiter cette prise de poids et préserver la masse musculaire chez les femmes.

L'activité physique, si elle est pratiquée de manière régulière et sans contre-indications, elle joue un rôle crucial dans la réduction de risque cardio-vasculaire. Ceci à une importance particulière car la ménopause est associée à une diminution progressive des œstrogènes, qui ont un effet protecteur sur le risque cardio-vasculaire.

Par ailleurs, les troubles de l'humeur liés à la ménopause peuvent être atténués par la pratique d'une activité sportive. Pendant et après l'exercice, le cerveau libère des endorphines, hormones induisant une sensation de bien-être.

coaching privé à genève
Séance de mobilité à domicile

L'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) recommande aux adultes une activité physique d'intensité modérée d'au moins 150 minutes par semaine, une activité intense d'au moins 75 minutes par semaine. Il est également souligné que toute activité doit être pratiquée par tranche d'au moins 10 minutes pour en tirer des bénéfices en termes d'endurance cardiovasculaire.

En ce qui concerne le choix des activités physiques, privilégiez l'entraînement musculaire (musculation, yoga) faites appel à un personal trainer si vous souhaitez être accompagnée , les activités cardiovasculaires (marche rapide, natation), les exercices de souplesse (yoga si vous souhaitez en savoir plus sur le Yoga voici un article qui pourrait vous plaire) : Les bienfaits du yoga.


Les sports sans impact (natation, cyclisme). Intégrez des activités impactantes pour les os (marche rapide, course à pied) progressivement.

entrainement de renforcement musculaire

Avant de commencer, adaptée votre programme selon vos préférences pour favoriser la santé global. Pour préserver un squelette osseux solide, il peut être bénéfique d'alterner entre des sports sans impact comme le vélo et la natation, et des sports à impacts faibles tels que la marche ou la marche nordique, pour éventuellement intégrer la course à pied ou la corde à sauter après plusieurs mois.


Les femmes pratiquant exclusivement des sports sans impact devraient envisager, au moins une fois par semaine, des activités avec impacts telles que la course à pied ou la marche nordique. En privilégiant les sports de plein air, on bénéficie en outre de l'effet stimulant du soleil sur la production de vitamine D, favorisant l'absorption du calcium, essentiel pour la santé osseuse.









Comments


LES POSTS 

bottom of page